Les voisins de mes voisins
sont mes voisins

Résumé

Un ogre casse ses dents la veille de la Saint-Festin, la grande fête des ogres. Un magicien rate son tour de la femme coupée en deux et égare les jambes de son assistante. Un randonneur suréquipé reste coincé plusieurs jours dans un ascenseur. Un vieux monsieur tombe amoureux d’une paire de jambes en fuite. Une maman confie ses enfants au voisin le soir de la Saint-Festin…

Dans un immeuble, les destins entremêlés de dix vrais voisins ou voisins de voisins, aux prises avec les drames, les plaisirs, les surprises et les hasards de la vie quotidienne.

Biographie
Anne-Laure Daffis et Léo Marchand

Extrait du dossier de presse

Anne-Laure Daffis et Léo Marchand sont diplômés de l’Université Panthéon-Sorbonne en arts-plastiques. Ensemble, ils ont co-réalisé en 1998 leurs deux premiers courts métrages en prise de vue réelle ainsi qu’un documentaire avant de toucher à l’animation pour leur première collaboration avec Lardux films en 2001 : “On a beau être bête, on a faim quand même” puis “La Saint-Festin” en 2007, grand succès du court métrage d’animation.
Ensuite ils ne cessent d’alterner la réalisation de courts en animation et en prise de vue réelle jusqu’à la fabrication de leur long métrage en animation “Les voisins de mes voisins sont mes voisins” qu’ils terminent en 2021.
Leur prochain projet de long métrage est l’adaptation en prise de vue réelle du roman de Raymond Queneau : “Les Fleurs bleues”.

La vie sans truc
et autres trucs

d'Anne-Laure Daffis, Léo Marchand (2001)

Contient :

  • La vie sans truc (2013)
  • La Saint-Festin (2007)
  • On a beau être bête on a faim quand même (2001)

Disponible en DVD à notre catalogue

Critiques Presse

"Un film radicalement inventif qui joue, le plus souvent à l’intérieur d’un même plan, d’une étonnante diversité de techniques et de matériaux. Œuvre chorale, astucieusement scénarisée à partir de membres épars, Les Voisins... conte tout à la fois la tragédie d’un magicien qui a tronçonné sa partenaire, la détresse d’un campeur bloqué dans un ascenseur, le drame social d’un ogre en mal d’enfants et la romance d’un vieillard amoureux d’une paire de jambes."

Thierry Méranger

Les voisins de mes voisins sont mes voisins
Retour en haut