Sankara n'est pas mort

Un documentaire de Lucie Vivier

Lire la vidéo

"Je voyage à travers le pays de Thomas Sankara"

Thomas Sankara

“Sankara n’est pas mort”, tout en rêverie, traite du souvenir encore vivace du leader anti-impérialiste Thomas Sankara, théoricien du panafricanisme, et président, de 1983 à 1987, de la Haute-Volta devenue sous sa gouvernance le Burkina Faso, “le pays des hommes intègres”.

Partisan de l’autonomie de l’Afrique, Sankara a favorisé un ambitieux changement social et économique avant d’être assassiné en 1987 lors d’un Coup d’état. Une mort qui restera taboue pendant vingt-sept ans. Son successeur, Blaise Compaoré, restera au pouvoir jusqu’à l’insurrection populaire de 2014.

Les errances de Bikontine

Lucie Viver, dont c’est le premier film, suit les errances du poète et conteur Bikontine (dont le prénom signifie “enfant adulte”). En 1987, Bikontine n’a que cinq ans quand Sankara est assassiné. C’est sa génération qui s’est soulevée en 2014. 
Mais que reste-il une fois la vague d’espoir et l’enthousiasme retombés ?

Sur la ligne de voie ferrée...

Empathique sans être intrusif, le documentaire se fait l’ombre du voyageur, Lucie Viver et sa caméra discrète se mettent au diapason avec lui, l’accompagnant dans une sorte d’épreuve initiatique :
Bikontine poursuit sa route le long de l’unique ligne ferroviaire qui traverse le pays sur 600km.
Le tracé de la voie ferrée sert de ligne directrice au documentaire – avec des intertitres qui marquent les étapes.

Au cours de son voyage, Bikontine rencontre des Burkinabés de tous âges et de tous milieux qui lui offrent leurs témoignages : une institutrice, des travailleurs de la terre, des balayeuses de rue, des orpailleurs, un médecin…
L’évocation du président Sankara est omniprésente ; son nom et son portrait apparaissent sur les murs et les t-shirts…
L’ombre du leader qui incarnait l’espoir d’une émancipation est partout.

Burkina Faso d'aujourd'hui

Tout en filmant l’empreinte du passé, le documentaire filme aussi le Burkina Faso d’aujourd’hui, un pays qui a voulu le changement mais qui se retrouve coincé dans une impasse politique avec une société déçue, confrontée à une extrême précarité et en proie au terrorisme islamiste, mais qui exprime encore le vœu de l’autonomie.

A l’issue de la voie ferrée inachevée, Bikontine doit poursuivre sa route vers l’inconnu, la caméra le laisse aller.

"Sankara n’est pas mort" a reçu le Prix du Jury à l’African International Film Festival (Nigéria) en 2019.

Date de sortie le 17/11/2020

Sankara n’est pas mort
Retour en haut