Lire la vidéo

©jhrfilms

Green Boys

Dans un village de Normandie, dans le pays de Caux bordé par la mer, Ariane Doublet filme une rencontre entre un jeune immigré guinéen de 17 ans, Alhassane, et un garçon de 13 ans, Louka. 

Récit poétique loin des clichés sur la migration, Green boys est un documentaire qui ne cherche pas à rentrer brutalement dans le débat politique. A travers l’histoire tendre et simple d’une amitié naissante, il montre la possibilité d’une intégration paisible, une lueur d’espoir sur un vivre ensemble possible.

green
boys

Réalisé par Ariane Doublet

Ariane Doublet, outre son métier de documentariste, est aussi l’une des fondatrices de l’association “Des lits solidaires”, qui œuvre pour éviter aux jeunes migrants d’avoir à dormir dans la rue, en offrant le gîte et le couvert. C’est dans ces conditions que la réalisatrice a fait la rencontre d’Alhassane dans les environs du Havre :

Il venait d’arriver en France et était très fatigué. Cela faisait deux ans qu’il avait quitté la Guinée. Il avait fait de la prison en Libye, puis était resté dans un camp fermé en Sardaigne.  Il nous disait qu’il avait envie de jouer au foot (…) J’ai demandé si des enfants dans le village voulaient venir jouer avec lui et c’est à ce moment-là que j’ai fait la connaissance de Louka.”

©jhrfilms

Recueilli dans un petit village de Normandie, l’adolescent vit une parenthèse paisible le temps d’un été. 

Tous les matins, son ami Louka vient le voir. Ensemble, ils échangent sur leur culture, jouent au foot vêtus de vert (d’où le titre, “Green Boys“, surnom donné par la réalisatrice d’après l’équipe de foot de Turquie), et construisent une cabane. Un refuge en bord de mer, qui ressemble à une hutte africaine et rassemble les deux garçons ; une cabane comme symbole de la rencontre des cultures.

Cela ressemble à un conte sur l’amitié, sans gommer pour autant les aspérités et péripéties de la vie d’Alhassane, dont la voix off raconte son expérience douloureuse en malinké, sous-titré en français avec ses propres mots retranscrits par la réalisatrice. 

Cette manière de présenter son périple permet de mieux nous identifier, de comprendre ce parcours, avant tout personnel, qui a poussé ce jeune adolescent d’alors quinze ans, à fuir son pays pour trouver un avenir.

©jhrfilms

“Aujourd’hui Alhassane est apprenti mécanicien. Il a eu du mal à trouver un stage mais un patron lui a donné sa chance. C’est une grande source d’espoir pour lui, et peut-être pour d’autres qui verront le film. (…) Alhassane est un jeune homme très déterminé. Pour preuve, il est parti seul à 15 ans de la Guinée, pour avoir une vie meilleure.”

Ariane DOUBLET

Réalisatrice

La force de Green boys réside dans sa simplicité et sa sincérité ; à travers l’échange entre deux amis, Ariane Doublet montre comme les différences peuvent s’estomper et qu’il est possible, au-delà du choc des cultures, de se parler et se comprendre.

Critiques Presse

Ce très beau documentaire d'Ariane Doublet saisit cette rencontre qu'on croirait irréelle entre les deux jeunes avec une poésie, une justesse, et une proximité incroyables. Indispensable.
SP
Première
Quand Alhassane retourne momentanément vivre au Havre au gré de son parcours administratif, c’est encore une coupe inattendue, un raccord impossible entre le vert paradis et la vision nocturne de la ville industrielle, qui provoque un léger coup au cœur - ces brisures infimes rendent le rythme de Green Boys précieux, à la fois heurté et doux, seul capable de raconter l’abordage non pas d’un nouveau continent mais, plus simplement, de l’âge adulte.
Charlotte Garson
Cahiers du Cinéma
La documentariste Ariane Doublet filme avec délicatesse la rencontre improbable entre Louka et Alhassane en plein pays de Caux.
Jacques Mandelbaum
Le Monde

Sortie DVD le 20/04/2021

Sources

Textes : ©Colaco – Images : ©jhrfilms

Green boys
Retour en haut