Histoire d'un regard

Un documentaire de Mariana Otero

En 2013, alors que Mariana Otero, documentariste, achève son précédent film (A ciel ouvert), elle découvre un livre de photos de Gilles Caron, célèbre photojournaliste pour l’agence Gamma, disparu au Cambodge en 1970 à l’âge de 30 ans :

(…) On y voit son dernier rouleau de photos, des adolescents cambodgiens, sourire aux lèvres, revêtant l’uniforme pour aller à la guerre. Entremêlées à ces images de reportage, deux petites filles en bonnet dans un jardin en hiver, ses deux filles Marjolaine et Clémentine. J’étais saisie. Je retrouvais comme en miroir, les dessins que ma mère peintre, Clotilde Vautier, avait faits de ma sœur et de moi-même enfants, peu avant sa mort en 1968 alors qu’elle aussi avait à peine trente ans. Ces photos, cet écho, étaient comme un appel, une invitation à faire un film."

Mariana Otero

Derrière la carrière fulgurante et la triste fin du photoreporter, c’est d’abord le drame familial qui l’interpelle et l’incite à vouloir rencontrer sa famille : sa femme, Marianne, et ses deux filles, Marjolaine et Clémentine. Celles-ci acceptent de mettre à sa disposition, sous forme numérique, les 100 000 photos prises par Gilles Caron.

Mariana Otero s’intéresse tout particulièrement au parcours de Gilles Caron en tant que tel : ses déplacements, son état d’esprit, sa technique, l’angle des photos et leur contexte. Un travail de recherche pointilleux, une enquête qu’elle mène à partir des négatifs des photos, réunis par bandes et isolés sous la forme de blocs sur fond noir, comme autant indices dont l’ordre et le sens sont à réorganiser.

5 ans de travail

Un travail de cinq années. Comme le puzzle se met en place, sous l’œil de la caméra, là se dévoile Gilles Caron, le photographe derrière les photos, l’homme en train de faire son travail journalistique.

Chronologie

Loin d’être une simple biographie, le documentaire reconstitue, dans des séquences de prises de vue, la chronologie des photos et la trajectoire du photojournaliste.

1967

Israël - Vietnam
En 1967, en Israël, pendant la guerre des Six Jours.

Au Vietnam ensuite, sur la colline de Dak Tô.

1968

France - Nigéria
En France où il prend notamment la photo devenue iconique de Daniel Cohn-Bendit narguant le policier face à lui.

Au Biafra (Nigéria) où il dévoile au monde ces images de famine terrifiantes.

1969

Irlande
En 1969, il couvre les émeutes de Londonderry côté catholique. Une de ses photos les plus célèbres montre une jeune fille en mini-jupe avec un petit sac à main, seule, sur une place jonchée de gravats laissés par les émeutiers.

1970

Tchad - Cambodge
En 1970, il se rend au Tibesti tchadien rencontrer les rebelles Toubous. Avec 4 autres journalistes il est pris dans une embuscade et retenu un mois en détention par le gouvernement tchadien.

En avril 1970, après la destitution de Norodom Sihanouk, il se rend au Cambodge. Il cherche à montrer la présence de combattants vietnamiens communistes sur le sol cambodgien. C’est là qu’il disparaît. La dernière fois qu’il est vu vivant, c’est sur la route numéro 1 qui relie le Cambodge au Vietnam, une zone alors contrôlée par les Khmers rouges de Pol Pot. ​
Lire la vidéo

Aucune nouvelle ne parvient à Paris. De nombreuses interventions sont menées pour le retrouver, sans succès ; un mutisme total qui laisse une famille blessée. Mais en décortiquant ces images, Mariana Otero renoue le dialogue avec le disparu. Tout en faisant un parallèle avec son propre trauma familial, elle mène une réflexion sur le deuil et l’absence.

Un film hommage, mais aussi un film sur la mémoire. En redécouvrant ces photos, ce sont les souvenirs d’une histoire mondiale tourmentée, celle des années 60, qui se rappellent à nous ; dans le regard de Gilles Caron, c’est l’âme d’une époque qui se reflète, l’Histoire captée sur pellicule, tout en nous offrant un écho de sa propre vie.

Date de sortie le 08/09/2020

Histoire d’un regard
Retour en haut