Marche avec les loups

En France la figure du loup est mythique, entourée d’une aura diabolique issue des contes et d’anciennes croyances bien ancrées. Le loup a pourtant un rôle primordial en tant que prédateur naturel et il est loin d’être le monstre décrit. Jean-Michel Bertrand fait partie de ses défenseurs.

A la fois réalisateur et acteur de ses films, il continue son aventure avec la nature dans Marche avec les loups (après La vallée des loups en 2017). Filmé façon carnet de voyage, le documentaire privilégie l’observation. Jean-Michel Bertrand part dans le sillage des jeunes loups nomades, les “loups dispersés”.

Quand ils ne sont plus des louveteaux, les jeunes loups sont chassés de leur meute et doivent partir conquérir un nouvel endroit où fonder la leur.
Un système qui permet d’autoréguler leur présence sur un même territoire. 

Le voyage est semé de dangers, la plupart liés à l’homme : zones urbaines (ils doivent traverser routes, villages, grandes agglomérations), bergers, chasse et quotas (les tirs dit “de prélèvement”). 

Pour comprendre le fonctionnement de cette période de leur vie, Jean-Michel Bertrand a enquêté durant deux ans.

J'ai constaté que le nombre de loups présents sur le territoire restait sensiblement le même d’année en année. (…)
C’est en fait la quantité de proies disponibles qui régule le nombre de prédateurs présents sur un territoire.
Le loup a donc un caractère territorial, ce qui signifie que la meute constituée défend son territoire contre les intrus et ne supporte pas un trop grand nombre d’individus sur ce fameux territoire.
Les jeunes vont devoir partir à la conquête de nouveaux espaces disponibles.

En bon pisteur, il tente de suivre leurs traces et nous embarque dans ce périple avec sa caméra.
Il marche derrière les loups vers le nord et nous fait réaliser comme il est difficile pour des animaux sauvages de conquérir de nouveaux territoires, car l’homme est partout.
Des images superbes nous dévoilent la vie sauvage au cœur des montagnes : les Alpes et le Jura.
En immersion, près des grands prédateurs, on y croise aussi lynx, gypaète barbu, chamois, renard et blaireau.

Le questionnement s’immisce naturellement :
quelle place laisser à la vie sauvage pour assurer l’équilibre de la nature mais aussi notre propre équilibre ?
Légèrement teinté de militantisme, le film est avant tout à dimension écologique, il fait la part belle entre contemplation et didactisme.
Sans trop insister, Jean-Michel Bertrand instigue un appel au vivre ensemble.

“Ce voyage aux côtés des jeunes loups en dispersion est l’occasion d’une immersion primitive et philosophique au cœur d’une nature magique de plus en plus fragilisée. Un monde sauvage qui émerveille et montre la vitalité d’une nature si souvent négligée par l’Homme, dont les grands équilibres doivent à tout prix être préservés…”

Date de sortie le 15/09/2020

Marche avec les loups
Retour en haut