White Riot

Un documentaire de Rubika Shah

londres années 70

White riot de Rubika Shah nous entraîne dans le Londres de la fin des années 70. Une virée dans les archives musicales qui aborde le contexte politique et social de ces années avec une Angleterre alors en pleine crise économique.

En 1976, le National Front, mené par Enoch Powell, se montre de plus en plus présent. Inquiets de cette montée de l’extrême droite, des militants, amateurs de musique – Red Saunders, Roger Huddle et Kate Webb – décident d’organiser des concerts avec des artistes punks et des groupes reggae qu’ils rallient à leur cause : The Clash, Tom Robinson, Steel Pulse, Poly Styrene, Sham 69… afin de cibler la jeunesse. Leur mouvement porte le nom de Rock Against Racism (RAR).

Prix du meilleur documentaire au Festival de Londres 2019 & Mention dans la section Génération du Festival de Berlin 2020.

Archives, extraits & témoignages

rock against racism

Au départ, les initiatives ont un résultat modeste, les concerts dans les petites salles se succèdent, les actions sont appuyées par des fanzines et des expositions, mais elles prennent de l’ampleur suite aux événements de l’automne 1977 : défilé du National Front dans les quartiers immigrés de Londres qui dégénère. A l’aide d’archives, d’extraits de concerts et de témoignages reliés par des séquences animées, le documentaire retrace l’histoire du mouvement, de sa genèse à son point culminant : la journée du 30 avril 1978.

Ce jour-là, le collectif “Rock Against Racism” organise un festival au Victoria Park, le “Rock Against Racism Northern Carnival”, 80 000 personnes y assistent.

Peu d’images de ce festival hors-norme existent et les accès aux archives n’ont pas été aisés. Rubika Shah s’était déjà intéressée au sujet avec un court-métrage White Riot : London.

Je me suis toujours intéressée aux archives musicales et je suis tombée sur la performance des Clash au Carnaval Rock Against Racism. Je ne pouvais pas croire que ce mouvement avait existé à cette époque et que je n’en avais jamais entendu parler. Au milieu de toute cette haine, un mouvement de contre-culture avait vu le jour dans une petite imprimerie de l’Est de Londres. C’était un lieu pour que les jeunes partagent leurs points de vue. Ils croyaient en l’égalité - la musique, le punk, le graphisme étaient leurs armes.

Rubika Shah

Documentaire didactique et militant, White riot (référence au premier single des Clash en 1977),
est un coup de projecteur sur un temps où la culture et la musique
ont su faire face à l’obscurantisme en jouant un rôle fédérateur.

date de sortie le 09/12/2020

White riot
Retour en haut